Une éducation à l’art et par l’art

D’une part, ce projet propose une éducation artistique à laquelle ces enfants ont peu souvent accès. Il s’agit donc d’une « éducation à l’art », théorique mais avec des applications très pratiques.

D’autre part, le processus vécu par les élèves mène à une « éducation par l’art » (comme signalé dans la nouvelle charte pour l’éducation artistique et culturelle élaborée par le Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle). Celle-ci « contribue à la formation et à l’émancipation de la personne et du citoyen, à travers le développement de sa sensibilité, de sa créativité et de son esprit critique ». C’est notamment cet épanouissement que vise à insuffler l’association et son projet en chaque élève, en développant la confiance en soi par la découverte de son propre potentiel, de ses talents, en leur apprenant à ne pas douter de leur capacité de réussir et à se valoriser.

Une approche systémique

Dans sa mission de faciliter l’intégration et la réussite scolaire des jeunes, Les Petits Riens cherche à aborder la complexité des défis auxquels font face ces jeunes et qui nuisent à leur épanouissement, dont le décrochage scolaire. Il s’agit d’une problématique complexe, découlant d’un ensemble de circonstances dont l’exclusion, l’ennui, l’incompréhension des programmes et des règles, le climat scolaire, les conditions économiques et sociales. Il est donc impératif de se concentrer sur ces enjeux multidimensionnels, comme signalé dans le tableau ci-dessous.

 

 

À travers la pratique artistique et la découverte de la diversité culturelle, LPR cherche à contribuer à la résolution de ces problématiques de fond, particulièrement concernant l’enjeu humain et social. C’est pourquoi, le collectif adopte une approche systémique, agissant dans les différents univers qui construisent l’enfant : l’école, la famille, son voisinage… Il s’agit non seulement d’être présents dans ces contextes mais de les articuler et de les enrichir par la pratique artistique, comme illustré dans le schéma ci-dessous.

Schéma approche systémique LPR

À titre d’exemple, grâce aux échanges dans des cadres différents que la salle de cours (lors d’ateliers hors temps scolaire, des restitutions, des sorties culturelles…), un changement de rapport se produit entre les élèves et les professeurs. Ainsi en témoigne Cédric Arnould, enseignant au collège Suzanne Lacore : « Les Petits Riens m’ont apporté de voir les élèves de manière différente, de réfléchir à ma pratique ».

L’accompagnement multidimensionnel des enfants et des jeunes est également réalisé sur la durée. Le collectif cherche à assurer une continuité sur le long terme, proposant des actions à différentes étapes de la vie de participants : de la petite enfance, en passant par le collège, le lycée et au-delà. Dans le cas des jeunes collégiens, ils participent aux différentes activités pendant au moins les 4 années du collège.

Méthodologie

La qualité de l’enseignement artistique, est avant tout assurée par le profil des artistes intervenants, qui sont tous des artistes professionnels. Par ailleurs, plusieurs artistes enseignent en parallèle au sein de conservatoires ou ont de l’expérience pédagogique préalable.

La méthodologie LPR est une méthodologie ludique, inspirée des pédagogies Kodaly et Dalcroze entre autres. Cette méthodologie est centrée sur l’obtention de résultats, permettant aux élèves de jouer très rapidement. De plus, les participants n'ont aucun à priori sur la pratique artistique. Cette flexibilité permet d’accélérer l'apprentissage à travers l'immersion dans la pratique.

Chaque année, un thème est donné pour l'élaboration d'un spectacle autour d'œuvres (Carmen, Atys, Roméo et Juliette, Les Indes Galantes). Une création sur mesure est réalisée, suivant un processus participatif, basé sur les propositions des jeunes. Les musiciens du collectif étant tous compositeurs/arrangeurs, des morceaux sont adaptés au niveau et aux capacités des enfants, leur permettant de jouer dès les premiers mois d'apprentissage, leur donnant une vision concrète de leur pratique et les poussant à la poursuivre. Un apprentissage du solfège se met en place suite à ceci.

En plus de la pratique dédiée tout au long de l’année à chaque discipline (pratique instrumentale, danse, théâtre, chant), des ateliers de regroupement (flûte/guitare, violon/guitare, percussion/danse...) sont mis en place régulièrement pour développer un apprentissage pluridisciplinaire, promouvant l'écoute de l'autre et une vision systémique de la pratique personnelle. Il est en effet important que les participants puissent concevoir leur pratique aussi bien dans le cadre de leur instrument ou discipline que dans celui d'un orchestre ou d’un spectacle pluridisciplinaire.

L’ensemble de ce travail aboutit aux restitutions publiques de la création : les étapes de création et les spectacles. Les étapes de création permettent de consolider le processus de création ayant lieu tout au long de l'année. Il est choisi de confronter les participants à la scène très rapidement, tout en rappelant que la restitution fait partie d'un processus de construction, pouvant évoluer et être enrichi.

Les spectacles sont l'aboutissement d'un an de travail. Tous les participants aux ateliers se produisent sur scène, accompagnés des musiciens du collectif Les Petits Riens. L’objectif est de confronter les participants à un public varié, dévoilant leur talent et créativité, ainsi que de les mener à se produire dans des conditions professionnelles, dans des salles prestigieuses (telles que celle de l'Opéra Comique ou de la Philharmonie) et dans leur quartier (au Local Suspendu, au Centquatre et à l'UCG Paris 19). De plus, les représentations sont des étapes clef pour réunir tous les bénéficiaires dans un acte constructif, construisant des liens sociaux et menant à des rencontres entre différentes écoles et quartiers du 19e arrondissement.

Ce travail de pratique et de production artistique est accompagné du parcours de découverte et d’ouverture culturelle, par les rencontres avec des artistes et des œuvres, aussi bien au sein du Local Suspendu, qu’au sein de lieux culturels prestigieux de Paris. Il s'agit de nourrir la curiosité et l'appétence d'apprentissage des participants, ainsi que leur esprit critique. Ces moments de dialogue et de découverte leur donnent confiance dans leur propre apprentissage et talent.